"C'est ainsi que le règne de Barthandelus commença.

Mais dans toute ombre réside la lumière,
La lumière de l'espoir.

Cet espoir à un nom.
On le nomme.. Ivalice.

Une terre de l'Immatériel,
Longtemps oubliée et qui soudain..

Resurgit.

Nous sommes arrivés."

Nihon Highschool
Nihon Highschool
Cher visiteur,

Le tome 1 est maintenant fini et le tome 2 va ou a déjà commencer.
N'hésitez pas à lire le contexte initial au lien suivant pour rejoindre le forum :
http://nihon-highschool.forumactif.org/t489-tome-2-contexte-initial#7268

Bonne visite !

Calendriers japonais et quelques précisions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Calendriers japonais et quelques précisions.

Message  Lilou Taylor le Ven 18 Déc - 3:31


En orange, les périodes de vacances.
En vert, les jours fériés.
En bleu, les fêtes et festivals.
Les examens ont lieu pour le premier trimestre entre début juillet et fin juillet. Ceux du second trimestre entre début et fin janvier. Il n'y a que deux trimestre de cours à l'université. L'université coûte en effet très cher, entre 10000 et 20000€ par an pour une université normale. Ca peut monter jusqu'à 40000 pour les plus reconnue d'entre elles ! Sans compter le logement, les courses, les trajets, la vie de tout les jours ... Bien qu'il existe des bourses pour les familles les plus pauvres, les étudiants sont contraints de se trouver un boulot à mi-temps pour pouvoir se le permettre d'où le nombre important de congés.
La licence s'obtient en 4 ans, le master en 2, le doctorat en 3.


Les jours fériés :

Spoiler:
1ier Janvier : "Jour de l'an". Vers minuit, entre le 31 et le 01, on se rend au temple ou sanctuaire, pour prie et faire sonner la cloche. On se lève ensuite le matin du 1ier pour assister au lever de soleil, on boit ensuite le "premier sake de l'année" vers 9h. Les jours suivants, des magasins proposent des "lucky bags", ces sacs contiennent un assortiment de produits qui en coûtent souvent le double, voire plus !
Deuxième lundi de janvier : "Jour de l'accès à la majorité". Tous les jeunes gens qui ont eu ou qui auront 20 ans au cours de l'année scolaire en cours (du 2 avril de l'année passée au 1er avril de l'année en cours) sont invités à se rendre à la mairie de leur lieu de résidence. Ils reçoivent quelques cadeaux. Généralement, les femmes portent un furisode (sorte de kimono) et des zōri.

11 février : "Jour de la fondation de l’état". Rien de prévu en particulier.

19, 20 ou 21 mars : "Le jour de l'équinoxe de printemps". les Japonais doivent présenter leur respect à leurs ancêtres. Pour les honorer, ils se rendent sur les tombes familiales, les nettoient et les couvrent d'offrandes.  Les familles demandent aux prêtres bouddhiques de réciter des sutra (livre classique) pour leurs morts.

29 avril : "Fête de Shōwa". Début de la golden week. (semaine entière de congés, remplis de jours fériés)

3 mai : "Jour de la constitution". Pour ce jour, le parlement japonais est ouvert au public. La coutume veut qu'on y fasse un voeu pour la prospérité du pays. (Golden week).
4 mai : "Fête de la nature". Des bénévoles se mobilisent pour planter des arbres, nettoyent des sites naturels et attirent l’attention du public sur la protection de l’environnement. (Golden week).
5 mai : "Le jour des enfants".  On suspend des feuilles de shōbu et de yomogi aux portes des maisons pour conjurer le mauvais sort. Tous les enfants prennent des shōbu-yu (bains d'iris). Ils ont parfois même le droit de boire du saké aromatisé à l'iris. C'est plus lié aux garçons qu'aux filles. Tous ces rites symboliques permettent de souhaiter bonheur et santé aux enfants. Chacun représente la purification, la croissance, la force et le courage, et la persévérance. (Golden week)

3ème lundi de juillet : "Jour de la mer". Beaucoup de personnes profitent de l'occasion et de la chaleur estivale pour passer une journée à la plage. De nombreuses manifestations autour de la mer ont lieu ce jour-là : les aquariums organisent des événements spéciaux, des compétitions de sports nautiques ont lieu et toutes les activités liées de près ou de loin à la mer sont célébrées.

11 août : "Jour de la montagne". Rien de prévu.

3ème lundi de septembre : "Jour des personnes âgées". Les personnes âgées de 70 ans et plus sont conviées par leur maire à une réception en leur honneur et reçoivent des cadeaux.
23 septembre : "Le jour de l'équinoxe d'automne". Les japonais se réunissent en famille pour visiter les tombes de leurs ancêtres et y déposer des fleurs.

2ème lundi d'octobre : "Fête du sport". L'ensemble des écoles maternelles, collèges et lycées et même certaines entreprises, organisent de grands jeux sportifs. Typiquement, il s'agit d'une série de défis physiques, en individuel et en équipe, allant de la course à pied ou relais à des jeux plus originaux comme le tir à la corde ou le combat de foulard.

3 novembre : "Jour de la culture". Le jour sert à mettre en avant les arts et différentes matières académiques. Les gouvernements locaux et préfectoraux choisissent généralement d'organiser des expositions d'art, des festivals culturels et des défilés.
23 novembre : "Fête du travail". On y exprime sa gratitude envers les autres à travers de nombreuses manifestations, notamment des défilés, dans tout le pays.

23 décembre : "Jour de l'empereur, fête nationale". Le Palais impérial ouvre ses portes au public et l’empereur reçoit les félicitations de la foule dans la cour, ainsi que leurs vœux de longue vie. Celui-ci s’adresse à la Nation le soir même, lors d’une émission à la télévision.


Les fêtes/festivals :

Spoiler:
6 janvier : "La parade du nouvel an". Dans chaque grande ville, les pompiers se réunissent pour montrer les anciennes comme les nouvelles techniques utilisées contre les incendies et faire des démonstrations acrobatiques sur des échelles de bambous. Une prière au temple est faite avant pour espérer une année épargnée par les incendies.
7 janvier : "La fête des sept herbes". Une très ancienne coutume japonaise qui consiste à manger un kayu (sorte de soupe/bouillie de riz) aux sept herbes.
11 janvier : "Kagami biraki". Traditionnellement, on brise le couvercle d'un tonneau de saké (komodaru) afin de le déguster lors d'une cérémonie shinto. Lors de cette cérémonie, les participants échangent des mochi (préparation à base de riz gluant) appelés Kagami mochi qui représentent le miroir dans lequel ils doivent se regarder pour faire un point sur l'année écoulée.

3 février : "Fête du jet de haricots". Lancer des graines de haricots grillés par la fenêtre des maisons en criant alternativement "Dehors les démons ! Dedans le bonheur !". Il s'agit donc de faire fuir les forces néfastes incarnées par les oni (démons) qui cherchent à envahir le foyer à chaque nouvelle année et d'attirer la bonne fortune dans la maison. Ce jour-là, de nombreux spectacles et événements sportifs sont organisés dans les sanctuaires shintô de tout le pays. De plus, selon la tradition, si vous mangez un nombre de haricots équivalent à votre âge, vous êtes assurés d'une bonne santé pour toute l'année.
14 février : "Saint-valentin". Les femmes offrent des chocolats aux hommes, surtout les petits-amis/maris, en signe d'amour. Il peut arriver que des amies, généralement chez les collégiennes et les lycéennes, s'offrent des chocolats tomo (友チョコ, tomo choco, litt. chocolat de l’amitié), comme une marque d'affection. Les femmes japonaises sont aussi amenées à donner des chocolats aux hommes de leur entourage pour lesquels elles n’ont pas de relations ou d’attachements particuliers, à savoir leurs collègues de travail ou leur supérieur hiérarchique. Ce présent, appelé chocolat giri (義理チョコ, giri choco, lit. chocolat de courtoisie) est considéré comme une marque de politesse et d’obligation sociale. Lorsque ces chocolats sont destinés aux hommes pour lesquels elles n’ont que peu d'estime, à savoir leurs collègues de travail les moins populaires, on parle de chocolat chō-giri (超義理チョコ, chō-giri choco, litt. chocolat d'ultra-obligation).

3 mars : "Fête des poupées". Fête consacrée aux petites filles. Ces dernières exposent de précieuses poupées posées sur des petites estrades à plusieurs niveaux. Selon la croyance traditionnelle, il faut ranger les poupées le soir du 3 mars, sans quoi la fille de la maison ne pourra pas se marier pendant un an. Il est aussi de coutume de cuisiner des praires et des palourdes, de manger des sushi et de boire du amazake, une boisson de riz peu fermenté.
14 mars : "White day". Les hommes offrent à leur petites amies ou à leurs collègues féminines un cadeau en remerciement des chocolats offerts pour la Saint-Valentin par ces dernières. Le cadeau offert est censé être d'une valeur 3 fois plus importante que le cadeau reçu. L'absence de cadeau en retour d'un chocolat précédemment reçu doit être considéré comme le signe d'un amour unilatéral.

8 avril : "La fête des fleurs". Fête bouddhiste. Ce jour-là, de petites constructions décorées de fleurs sont fabriquées dans les temples et une tanjobutsu (statuette du Bouddha enfant) est placée à l'intérieur. Cette figurine est aspergée de ama-cha, un breuvage de feuilles de thé dans de l'eau chaude, par les fidèles à l'aide d'une louche. Certaines personnes ramènent du ama-cha chez elles pour boire de cette eau bénite.

Les samedi et dimanche les plus proches du 15 mai : "Festival Kanda". Le moment fort du festival durant les années impaires est le défilé qui a lieu le samedi. Plus de 300 personnes parcourent les rues du centre de Tokyo, notamment les quartiers de Kanda, Nihonbashi, Otemachi ou Marunouchi. Les mikoshi, sortes de châsses portables où se trouvent les reliques durant la procession et ornées d'un phénix sur le toit, sont accompagnés de chars richement décorés et suivis par des prêtres shintoïstes à cheval.
3e week-end de mai : "Sanja matsuri". Le festival réputé comme le plus coloré et le plus animé. Des musiques et des danses traditionnelles agrémentent le festival. Il a lieu à Asakusa, un quartier de la capitale où l'on trouve encore des maisons et des rues traditionnelles. Animés d'une vigueur étonnante, des hommes portent des douzaines de mikoshi (châsse portable) sur leurs épaules.

1ier juin : "Koromogae". Date du changement d'uniforme. On met les habits d'été.
6-16 juin : "Sanno Matsuri". Près de 300 personnes habillées de costumes anciens défilent dans le cœur de Tokyo, passant par la gare de Tokyo, Ginza, ou devant l'immeuble de la Diète. Sur plus de 600 mètres, la procession se compose de mikoshi (sanctuaires portatifs) ornés de phœnix sur leur toit, de chars dashi surélevés, de personnes portant des tambours ou de personnes à cheval. On peut aussi y voir des personnes habillées comme le démon légendaire Tengu, caractérisé par un visage rouge et un long nez, et supposé avoir des pouvoirs surnaturels. Le défilé part à 8 heures du matin du sanctuaire Hie-jinja et n'y revient qu'en début de soirée. Durant la semaine du festival, vous pouvez faire l'expérience de diverses traditions japonaises. Dans les jardins du sactuaire, vous pouvez admirer une exposition d'ikebana, ou savourer un thé japonais sur les tables et chaises installées là pour l'occasion. Vous pouvez aussi observer des gens passant à travers un grand anneau de chaume, ce qui est sensé purifier de tous les péchés que l'on a pu commettre sans le vouloir depuis 6 mois. En passant à travers l'anneau, chacun tient une poupée qui est là pour se charger des fautes

7 juillet : "La fête des étoiles". les Japonais célèbrent cette fête en portant le yukata et en décorant les feuilles de bambou. Ils écrivent leurs souhaits, parfois sous forme de poèmes, sur un tanzaku et les accrochent sur les feuilles. Après avoir été décoré, vers minuit ou le jour suivant l'arbre en bambou est jeté dans un fleuve ou brûlé pour que les vœux se réalisent.
Dernier samedi de juillet : "Grand feu d'artifice". Les meilleurs endroits pour admirer le feu d'artifice sont le long de la rivière Sumida qui coule dans l'est de Tokyo et se jette dans la baie de Tokyo.

13-16 Août : "Fête des morts". Festival bouddhiste japonais honorant les esprits des ancêtres. Ces jours ne sont pas fériés mais de nombreux Japonais prennent des jours de vacances durant cette période et certaines entreprises ferment. Pour guider les âmes des morts pendant la journée, des lanternes sont allumées devant chaque maison. Certaines lanternes pouvaient être extrêmement élaborées, faites exprès pour l'occasion. La partie la plus importante du rituel est l'offrande de nourriture (riz, légumes, fruits, gâteaux, fleurs, etc.) qui est le symbole du partage. Cette fête, bien que religieuse et grave, est l'occasion de réunions joyeuses. Des danses sont effectuées dans des temples.

1ier octobre : "Koromogae". Changement d'uniforme, on met ceux d'hiver.
11-13 octobre : "Ikegami Honmonji O-Eshiki". Un impressionnant défilé d'une centaine de lanternes mando parées d'ornementations en forme de fleurs de cerisier parcourt les 2 kilomètres séparant la gare de Ikegami et le temple de Ikegami Honmon.Ce jour-là, les alentours du temple sont très animés et le restent bien après minuit, avec une foule de 300 000 fidèles se rassemblant de tout le pays.
Le 13 octobre, au cours de la cérémonie Rinmetsudoji Hoyo, le chef du temple fait sonner le gong doucement et solennellement au moment même du nyumetsu du Grand Maître Nichiren, c'est-à-dire de sa mort et de son entrée dans le nirvâna.
Mi octobre-mi novembre : "Expositions de chrysanthèmes". Des expositions de chrysanthèmes ont lieu au Sanctuaire Meiji et au Temple Asakusa Kannon à Tokyo.

15 novembre : "Shichi-go-san". les petits garçons âgés de 3 et 5 ans et les fillettes âgées de 3 et 7 ans, revêtent leurs plus beaux habits, généralement des kimonos, pour se rendre aux sanctuaire shintô de leur quartier. Les parents font bénir leurs enfants pour leur assurer de bien grandir en bonne santé. Les enfants reçoivent des chitose-ame, sortes de bâtons de sucre d'orge rouges et blancs, symboles de longévité.
Mi-novembre (Jour du coq) : "Tori-no-Ichi, fête des rateaux ♥". La divinité protectrice de la chance et des affaires florissantes réside dans les sanctuaires Otori-jinja qui, de fait, reçoivent de nombreux fidèles. Les jours du coq du mois de novembre sont des jours de fête où, aux alentours du sanctuaire, sont installés des kiosques où sont vendus des kumade, sortes de râteaux destinés à "ratisser la chance et la prospérité". Ces porte-bonheurs sont faits de bambou et sont décorés de masques et de koban (reproductions de pièces d'or anciennes).

17-19 décembre : "Fête des raquettes". Le temple Senso-ji à Asakusa est l'un des lieux les plus visités de Tokyo. Tous les ans s'y déroule à la fin de l'année une foire appelée Hagoita-ichi : autour du bâtiment principal du temple, une cinquantaine de stands proposent des hagoita (raquettes), volants, cerf-volants et autres décorations utilisées pour les fêtes du Nouvel An.
25 décembre : "Noël". Noël est l'occasion d'offrir des cadeaux aux enfants (surtout aux plus petits). Pour les jeunes, le 24 décembre est la fête des amoureux. En ce jour, les amoureux se déclarent l'un à l'autre (un peu comme lors de la Saint-Valentin). À défaut de dinde, on consomme plus volontiers lors du réveillon de Noël du poulet, notamment le poulet frit de la chaine KFC, qui multiplie ses ventes de cinq à dix en cette période de l'année.
- Par Lilou Taylor -
avatar

Messages : 449
¥ : 455
Réputation (RP) : 0
Date d'inscription : 31/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Information supplémentaires de la page