"C'est ainsi que le règne de Barthandelus commença.

Mais dans toute ombre réside la lumière,
La lumière de l'espoir.

Cet espoir à un nom.
On le nomme.. Ivalice.

Une terre de l'Immatériel,
Longtemps oubliée et qui soudain..

Resurgit.

Nous sommes arrivés."

Nihon Highschool
Nihon Highschool
Cher visiteur,

Le tome 1 est maintenant fini et le tome 2 va ou a déjà commencer.
N'hésitez pas à lire le contexte initial au lien suivant pour rejoindre le forum :
http://nihon-highschool.forumactif.org/t489-tome-2-contexte-initial#7268

Bonne visite !

[Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Message  Hermione Granger le Mar 28 Mar - 16:58

Session FHNRP #17 :

Cette nouvelle session RP prends place juste après la précédente, lorsque le groupe d'éclaireur rentra dans la réserve, après avoir fermer la porte. Dans la salle, tout de suite en entrant, se trouve un escalier, de 4 ou 5 marches. La pièce faisait environ 20 à 25 mètres carré. Assez pour stocker beaucoup de vivre. L'objectif du groupe était de s'y baser pour établir un plan.
Yui : Quelqu'un à une idée ?
Karma : Il faut bloquer l'entrée pour commencer, nan ?
Yui : On pourrais aussi la laisser ouverte pour piéger un à un les templiers rouges.
Yui : QU'est ce que vous préféreriez ?
Karma : C'est mieux, oui. Mais il faut trouver quelque chose pour les attirer vers nous, alors.
Yui : Laissons les venir sans les attirer. Nous devrions plutôt nous concentrer sur ce que nous allons faire des vivres. Devrions-nous les brûler ou les utiliser ?
Mido : Combien de temps allons-nous rester dans cette pièce à ton avis ? Ca dépendra beaucoup de ça.
Yui : Tout dépend de si nous en faisons un quartier général ou non.
Yui regarda autour d'elle, avant de s'approcher d'une caisse en bois, assez haute. Elle grimpa dessus, pour s'asseoir au bord, étant légèrement en hauteur.
Mido : Je doute qu'on puisse le faire dans une pièce aussi fréquentée chaque jour, viendra forcément le moment où on sera découvert. On devrait la jouer plus discrète.
Yui : Je pense que l'intégralité de la tour est sous surveillance, pas que cette pièce. Par contre, je pense que c'est la pièce où ils s'attendent le moins à nous trouver. Mais je me trompe peut être.
Karma : Il y a de quoi se cacher, je pense qu'on devrait rester ici. Peut-être empoisonner la nourriture ?
Yui : Gardez en mémoire que nous sommes ici sans vivre. Nous devrons nous nourrir, nous aussi.
Karma : Evidemment, je parle pas de toute la nourriture. Mais nous pourrions en "trafiquer" un peu, et les mettre en évidence vers l'avant, pour être surs qu'ils la prennent.
Il souriait.
Yui : ça aurais pu marcher si nous avions du poison. Mais nous n'en avons pas.
Karma : Dans ce cas, ne touchons à rien.
Yui : Peut être pourrions nous changer l'agencement des vivres afin de former un mur qui nous rendrais invisible si quelqu'un venait à entrer pour se servir, par exemple ? Ce sont principalement des caisses en bois.
Karma : Si nous modifions trop la pièce, ça se verra immédiatement et on sera découvert. Je pense qu'on peut se contenter de se cacher derrière les caisses les moments où ils entreront.
Navy : Vous pensez vraiment qu'ils feraient attention à l'agencement ?
Karma : Si toutes les pièces sont sous surveillance, je pense que ça veut bien dire qu'ils feront attention à ce qui se trouve dans les pièces en question.
Yui : Il a surement raison. C'est dommage, j'avais un plan en tête, mais nous nous en passerons.
Yui : Est-ce que quelqu'un à faim, ou a soif ?
Navy : Faites attention, c'est aussi peut être ces vivres que Corypheus a empoisonner pour tuer les prisonniers qui souhaiterait tenter leur chance.
Karma : Non.
Il souriait.
Mido : Ca ira, merci ma jolie.
Yui soupira.
Yui : Bon, dans ce cas, si personne n'a faim ou soif, nous devrions parler de la suite du programme.
Karma : On t'écoute.
Yui semblait réfléchir, en croisant les bras.
Yui : De toute façon il n'y a pas 150 plans, nous n'avons pas de carte de la tour. Ce sera donc de l'exploration jusqu'à trouver notre objectif.
Il souriait.
Karma : D'accord.
Karma : Est-ce qu'on se sépare en plusieurs groupes pour ça ?
Yui : Surtout pas. Ce plan ne me plait pas. On reste tous ensemble.
Karma : Nous sommes plus visibles ensemble.
Yui : Plus vulnérable aussi. Je ne veux déplorer aucune perte.
Karma : Ok.
Karma : Alors on commence ?
Il souriait.
Yui : Ok, on se met en route.
Yui sauta pour descendre de la caisse. Ils sortirent ensuite pour retourner dans le couloir. Ils pouvaient aller à gauche ou a droite, sachant qu'ils avaient été téléporter juste à droite.
Yui : Les gardes venaient de la gauche. Devrions nous continuer par là ?
Karma : S'ils sont allés là-bas, c'est qu'il y a quelque chose d'intéressant à garder. Ca me plait.
Yui : Ils étaient aussi simplement en route. S'ils allaient vers la gauche, c'est qu'ils venaient de la droite.
Karma : Il faut bien prendre une direction. Allons-y.
Yui : D'accord.
Ils continuèrent vers la gauche, avant d'arriver à un croisement. Des voix se firent entendre sur la gauche, en face se trouvaient des escaliers montant, et à droite des escaliers descendants.
Karma : On s'occupe d'eux ? Ou on reste discrets pour l'instant ?
Yui : Pas moyen de voir combien ils sont à gauche, mais il y a l'air d'avoir du monde. Quelqu'un veut-il y aller en éclaireur ?
Karma : Je vais le faire.
Il souriait.
Il s'avança légèrement dans la direction des voix, essayant de voir combien de personnes étaient présentes.
Il put observer que c'était une salle avec plusieurs tables. Ils devaient être une 60aine.
Il retourna avec le groupe.
Karma : Sans doute une salle de repos, une soixantaine présent.
Yui : C'est trop risqué. Choisissons une autre destination.
Karma : Oui. Est-ce qu'on a une information vague sur l'emplacement des cellules ?
Yui : Absolument pas. Ce sera complètement aléatoire.
Karma : Ok. Montons, alors.
Ils avancèrent, et montèrent les escaliers. Une fois en haut, il y avait de nouveau un couloir, similaire au précédent, avec encore une porte sur la gauche, comme une seconde réserve. Plus loin, le même carrefour.
Yui : Et maintenant ?
Karma : On continue de monter tant que ça monte.
Il souriait.
Yui : On risque de s'enfoncer très loin comme ça. Pourquoi ne pas revenir sur nos pas pour voir l'embranchement de droite ? Je préfère être progressive.
Karma : D'accord. Faisons ça, alors.
Ils revinrent en arrière, puis prirent les escaliers descendants. Ils arrivèrent ensuite dans une cellule, où semblaient être enfermer 5 personnes dont l'identité semblait inconnus.
Certains d'entre eux demandaient à être libérer.
Karma : C'est peut-être un piège. Et puis, on risque de se faire remarquer si on les amène avec nous.
Yui : Nous ne pouvons pas laisser ces gens ici.
Yui ne semblait pas acquiescer l'idée de Karma.
PNJ : S'il vous plait, sortez nous de là !
Mido : On se fera remarquer, tant pis. Peut-être qu'ils vont pouvoir nous aider, qu'ils connaissent un peu les lieux. On doit les libérer.
Yui s'approcha des prisonniers.
Yui : Savez-vous où sont les clés ?
PNJ : Ce sont très certainement les templiers rouges qui les ont. S'il vous plait, sortez nous de là !
Yui se tourna vers le groupe.
Yui : Il est probable que la clé soit sur l'un des templiers rouge que nous avons vu.
Yui : Enfin, que Karma a vu.
Karma : Dans ce cas, on devrait s'en tenir aux plans initiaux, qui était d'en neutraliser petit à petit. Et éventuellement revenir ici une fois la clé récupérée.
Navy : Ou alors, nous pourrions attendre ici dans un coin qu'ils viennent. Je ne pense pas qu'ils viendront à 60. Ceux qui viendront auront forcément les clés.
Karma : Nous aurons du mal à tenir une embuscade ici.
Yui regarda autour d'elle. Une fois les escaliers descendu, il y avait les coins gauches et droite qui n'offraient pas forcément une visibilité immédiate.
Yui : Nous pourrions nous cacher sur les clés des escaliers, et dès qu'ils sont là, on abat tout ce qui rentre dans la pièce ?
Karma : Ok, ça me va.
Yui : Ok, alors formez rapidement deux groupes.
Yui se mise sur la gauche, tandis que Navy s'était mise sur la droite, toutes deux préparant leurs armes.
Mido alla avec Yui (évidemment). Karma se plaça à coté de Navy.
Plusieurs minutes passèrent sans qu'aucun templier rouge ne vienne.
Yui : Maintenez les positions. On ne sais jamais.
PNJ : Ils viennent généralement toutes les 6 heures, mais cela fait déjà plusieurs heures qu'ils ne sont pas venus. Je ne sais pas combien environ. Mais ça ne devrais plus tarder.
Yui, après plusieurs minutes, semblait avoir repérer quelque chose. Elle fit signe à Karma de regarder en haut des escaliers.
Yui s'adressa ensuite à Mido.
Yui : Il y a une femme templier rouge étrange en haut, regarde.
Il sortit un couteau, prêt à attraper la personne qui arriverait.
Mido : Vraiment ?
Il regardait.
En haut se trouvait effectivement une femme, habillée en templier rouge, sans casque. Elle avait un bouclier de templier rouge dans le dos, une épée dans une main, et un casque de templier rouge dans l'autre. Elle semblait espionner vers la gauche du croisement, donc vers les 60 templiers rouges, sans se faire voir.
Yui : Elle agit étrangement. On dirais qu'elle surveille ses confrères.
Mido : Si elle les appelle, ça peut devenir chaud pour nous.
Yui : On devrais la capturer. Elle devrait avoir des renseignements important. En plus, elle a l'air différente.
Elle fit signe à Karma d'avancer discrètement vers les escaliers, puis commençait à bouger elle aussi discrètement.
Elle montra ensuite à Karma le manche de son arme, puis l'arrière de la tête de la fille.
Il la regardait, puis sortit son deuxième couteau. Il s'approcha de la femme et tenta de mettre un coup avec les deux manches dans la nuque.
La fille se retourna au dernier moment, lorsque Karma frappa, elle reçu les deux coups sur le coté de la tête, avant de tomber contre le mur, faisant du bruit avec l'armure. Tout le monde se précipita. Elle semblait K.O, mais les gardes semblaient avoir entendu. Yui chuchota.
Yui : Emmenez là dans la réserve, vite !
Yui partit en avance, ouvrant la porte silencieusement afin de les laisser passer : mais certains devaient se sacrifier pour porter la femme.
Mido s'avança pour la soulever. Karma resta à l'écart, faisant attention à ce qui arrivait ou pas.
Ils arrivèrent à rentrer la femme dans la réserve dans les temps.
Yui : Sortez vos armes, ils vont surement inspecter les lieux.
La femme semblait à moitié consciente. Elle avait cependant laisser tomber son casque tout à l'heure, dans le croisement, que personne n'eut le temps de récupérer.
PNJ : Qu'est ce que ..?
Quelqu'un devait s'occuper de l'interrogatoire. Yui et Navy semblaient couvrir les arrières.
Yui : Tuez là si elle fait un mouvement brusque. C'est trop risqué.
Mido sortit son arme, au cas où.
Il posa sa main sur la bouche de leur prisonnière, pour l'empêcher de crier. Il plaça un couteau sous sa gorge. Il posa son genou sur ses deux jambes au sol pour l'empêcher de bouger et faisait pression sur elle pour la plaquer contre le mur derrière.
Karma : Tu vas être sage et ne pas faire de bruit, d'accord ?
Il souriait.
Elle fit un oui de la tête, semblant paniquée.
Karma : Bien. Je vais retirer doucement ma main. Une erreur et tu perds ta gorge et tout ce qui va avec. On veut simplement discuter, si tu nous réponds, tout ira bien pour toi. Compris ?
Elle fit à nouveau un oui de la tête.
Karma : Bieeeeeen.
Il souriait. Il enleva doucement la main qui bloquait sa bouche.
Karma : Comment tu t'appelles ?
PNJ : Vous vous trompez sur mon compte. Je ne suis pas des leurs. Je m'appelle Pharah, je suis une prisonnière.
Karma : Ton armure ?
Pharah : Je l'ai obtenu sur l'un des templiers rouges. Je peux le prouver; l'armure est tachetée de sang à l'intérieure et trouée à l'arrière.
Karma : Ca ne prouve rien.
Karma : Comment tu as fais pour te libérer dans ce cas ?
Pharah : Je ne me suis pas libérée par moi même. C'est un groupe qui m'a libérée, mais j'en suis la seule survivante.
Pharah : Je vous en prie, vous devez me croire.
Son regard semblait honnête.
Yui la regardait aussi, détournant le regard et son attention de la porte.
Karma : C'est pratique d'être la seule survivante, tu n'as personne pour confirmer ce que tu viens de dire.
Karma : Tu connais les lieux ?
Pharah semblait regarder autour d'elle.
Pharah : Non, je ne suis pas là depuis longtemps. Peut être deux jours au mieux. Permettez moi de me relever et je vous prouverais que je ne suis pas des leurs.
Il se tourna vers Yui.
Karma : Tu en penses quoi ?
Yui lui fit un non de la tête.
Pharah semblait lever légèrement, et très doucement le bras, pointant du doigt quelque chose : elle pointait l'un des corps des templiers rouges que le groupe avait tué.
Pharah : Retirez lui son casque.
Pharah : Vous comprendrez.
Mido alla le faire, son arme toujours en main
Le visage de l'homme semblait totalement putréfié, tel un mort vivant.
Pharah : Corypheus se sert des pouvoirs d'Etro pour ranimer les morts en templier rouge. Les morts de tout temps. Son armée est infini.
Karma : Tout les templier rouge sont des anciens morts ?
Pharah : Je ne peux pas vous le certifier. Je suis là depuis deux jours. Il y a surement de vrais gens parmi eux, j'imagine. Mais je n'en ai pas vu de mes propres yeux. J'imagine qu'ils sont diriger. Mais il y a des choses à savoir sur eux.
Pharah : Ils ont une conscience propre. Mais altérée. Ils sont convaincus qu'ils doivent leur vie à Corypheus car ils ont obtenu la vie à nouveau grâce à lui. Mais il s'agit plus d'une manipulation. Nous avons tenter de raisonner l'un d'eux, mais cela provoque une haine frénétique. Je pense qu'il n'est pas possible d'amener les templiers rouges à la raison.
Yui : Tu sembles en savoir beaucoup. D'où proviennent les templiers rouges ?
Pharah : Ils ne viennent pas de mon monde. Mais je sais de source sûre qu'ils proviennent d'un ordre appelé la "Chantrie". Un ordre de templier ayant prêté allégeance à Corypheus. C'est grâce à eux que Corypheus a put détruire tant de monde en si peu de temps.
Yui : Qu'est ce que vous en pensez ? Doit-on la croire ?
Karma : tu viens de quel monde ?
Pharah : Un monde que l'on appelle Overwatch. C'était un monde plutôt paisible.
Pharah semblait détourner le regard.
Karma : Ton groupe a été décimé en seulement deux jours ?
Yui : J'ai déjà entendu parler de ce monde quelque part, mais je n'arrive pas à me souvenir où.
Yui semblait réfléchir.
Pharah : Non, en seulement une heure. J'ai survécu grâce à un subterfuge.
Karma : Lequel ?
Pharah : L'armure de templier rouge. Ces derniers n'ayant pas d'identité, le fait de porter une armure intégrale fait de vous l'un des leurs. Il est très facile de se fondre dans la masse, car leurs seuls ordres sont de patrouiller. Dire que j'étais en patrouille suffisait à faire en sorte de ne pas avoir d'ennui.
Navy : C'est une information capitale qui va grandement nous servir, si c'est vrai.
Karma : Est-ce que tu as récupéré des clés ?
Pharah : Non. J'ai essayer, afin de libérer des gens. Mais je ne vais pas vous mentir, c'est la peur qui m'empêche de le faire.
Karma : Quelles sont les pièces que tu as pu voir, depuis ?
Navy : Comme on dis, ce n'est pas parce que c'est dur que l'on ose pas, c'est parce que l'on ose pas que c'est dur.
Navy souriait.
Pharah : Je viens d'environ 5 étages en dessous. La disposition est toujours la même. Mais la tour est tellement grande que l'on a l'impression de faire une ligne droite, alors qu'en vérité, chaque étage nous fait tourner autour. Je m'explique mal..
Pharah : Disons que nous sommes actuellement à proximité d'un bord de l'anneau de la tour. La caserne étant généralement au bord, les cellules vers le milieu.
Pharah : Depuis la caserne, il est possible de voir le vide.
Yui : Cela veut aussi dire que tourner à droite en sortant nous mène par le fond, et à gauche vers en haut. Tout devient plus clair.
Pharah : En vérité, je ne serais pas formelle.
Pharah : Au vu de l'angulation que prends chaque étage, il est fort à parier que nous ne sommes que sur la couronne, mais il y a un milieu plein de contenu. Je ne saurais pas dire ce qu'il s'y trouve, ni comment y accéder. Mais il doit être énorme.
Navy : Tu aurais une idée de la grandeur de la tour ?
Pharah : Je ne peux le certifier, mais la superficie de la tour devrait facilement dépasser celle d'une ville.
Navy : Je vois..
Yui : Autant dire que nos recherches ici vont durer un certain temps.
Yui : Sais-tu à quelle étage on est ?
Pharah : Non, je suis désolée.
Karma : On doit viser une armure chacun, tout deviendrait plus facile.
Yui : Hors de question que je porte l'une de ses armures pouilleuse.
Karma : Tu resteras dans la réserve et tu ne viendras pas explorer avec nous, alors.
Yui soupira.
Yui : Bon, il est vrai que l'intérêt de l'humanité passe avant ça. Très bien, je mettrais l'une de ses armures.
Yui : Je vais aller voir ce qu'il se passe.
Elle avança vers la porte, et ouvrit discrètement.
Elle chuchota ensuite.
Yui : Ils amènent un prisonnier vers la caserne. On devrais aller voir ce qu'ils en font.
Karma : Combien ils sont ?
Yui : Trois à vu d'oeil.
Yui : On aura pas le temps de les intercepter.
Karma : Alors suivons-les.
Il se retira de Phara.
Yui : Nous devrions y aller en groupe réduit, disons, de deux personnes.
Navy : Le groupe est tout fait, vous êtes les deux à en parler, et vous êtes surement les deux plus compétent. Allez-y, on surveille ici.
Navy souriait.
Karma : Ok, on s'en occupe
Karma : Surveillez-la, au cas où.
Navy : Compris.
Yui : En route.
Ils sortirent ensuite, pour aller vers la caserne.
Yui : Je sais qu'il est inutile de te le dire, mais ne prends aucun risque.
Ils allèrent jusqu'à la caserne. Le prisonnier était à genou, au milieu de la salle, tandis que les templiers rouges semblaient l'entourer. Le prisonnier semblait paniquer.
Navy regardait Mido.
Navy : Désolée, quand je disais les deux plus compétents, j'entendais les deux les plus discrets.
Navy souriait.
Karma : Torture ?
Yui : On va bien voir.
Soudain, les templiers rouges semblaient faire un sort faisant un fil rouge vers le prisonnier, tous ensemble. Le prisonnier semblaient souffrir, et semblait commencer à muter.
Mido : Il n'y a pas de mal, je ne me considère pas comme le meilleur en infiltration.
Yui : Il semble souffrir..
Yui serra le poing.
Karma : Ils le transforment en un des leurs ?
Mido : Dis moi ... Tu es célibataire ?
Le prisonnier semblait se débattre, puis fut finalement transformer en un monstre difforme. Un genre de démon. Le prisonnier ne ressemblait plus à rien, et avait gagner en masse. Le démon semblait instable, et tua 3 templiers rouges. Il semblait vraiment très fort. Trop fort pour le groupe.
Yui : On devrais y aller.
Navy souriait.
Navy : Oui, je l'ai en somme toujours été.
Karma : Ouais. C'est bizarre ce qu'ils viennent de faire.
Ils se retournèrent pour partir, mais tombèrent sur une petite fille.
Mido : Vraiment ? Ca te dirait de ne plus l'être ?
Cette petite fille souriait.
Lizzie : Bonjour !
Karma : Bonjours ...
Il s'approcha, souriant.
Navy : Peut être quand tout cela sera fini.
Karma : Ca va ?
Yui : Bon.. jour ?
Yui regardait Karma, ne sachant pas quoi faire.
Lizzie souriait.
Lizzie : Vous devriez partir. Ces démons ne sont généralement pas très amicaux.
Karma : Vraiment ? Et toi, tu l'es ?
Il continuait de s'approcher.
Lizzie : Bien sûre que je le suis !
Elle souriait.
Yui : Karma, non. Attention.
Yui : Elle semble étrange.
Lizzie : Etrange ? Ce n'est pas très gentil.
Lizzie souriait.
Mido : Pourquoi attendre ?
Il avait déjà son arme en main.
Navy : Parce que je ne veux pas avoir de peine de coeur. Je veux me concentrer sur ma mission.
Karma : Depuis quand tu es là ?
Lizzie : Vous ne devriez vraiment pas rester ici. Le démon arrive.
Elle souriait. En effet, le démon semblait s'approcher du couloir.
Mido : Si nous mourrons tous, nous n'aurons plus cette occasion.
Karma : On se replit.
Navy : Alors tel sera mon destin. Mais je ne changerais pas d'avis.
Navy souriait.
Yui acquiessa. Elle passa à coté de Lizzie, la laissant toute seule, courant vers la réserve.
Mido : Et si ce n'est pas une relation ? Si c'est pour passer le temps ?
Il souriait.
Navy : Ce n'est pas vraiment ce genre de choses que je cherche, désolée.
Navy souriait.
Karma se tourna vers Lizzie.
Karma : Ne nous suit pas.
Il partit ensuite.
Lizzie souriait, le regardant partir.
Mido semblait réfléchir.
Ils arrivèrent ensuite dans la réserve, refermant la porte rapidement.
Il se tourna ensuite vers Pharah
Mido : Et toi ?
Pharah détourna le regard.
Pharah : Non merci.
Yui : Ils transforment les prisonniers en des genre de démons très puissant. Nous devrions les éviter.
Yui : L'un d'eux se trouve dans le couloir. Interdiction de sortir.
Yui : Nous allons camper ici un petit moment.
Mido : Peut-être que les personnes que nous cherchons sont déjà transformées, alors.
Yui : Ne dis pas ça.
Yui baissa la tête, mais semblait un peu sur les nerfs.
Il la regardait.
Mido : Tu les connais personnellement ?
Yui bougea ensuite pour casser une caisse en bois. Elle se servit des planches pour bloquer la porte.
Yui : Oui. Et je suis persuadée qu'ils sont tous en vie.
Mido : Comment ?
Yui semblait épuisée. Malgré le peu d'action, les déplacements rapide, le fait de porter les gardes, et toutes ses actions semblait l'avoir fatiguer.
Yui : Comment quoi ?
Yui alla ensuite s'asseoir par terre, contre une caisse.
Navy semblait elle chercher dans les caisses.
Mido : Comment tu en es sure ? Sans doute que les personnes les plus puissantes ont été transformé en premières.
Navy : Dites, je me posais une question.. pourquoi y-a-t-il des vivres si les morts-vivants n'ont pas besoin, en théorie, de se nourrir ?
Yui : Parce que les personnes dont je parle sont plus fortes que moi. Bien plus.
Yui : Je suis persuadée qu'ils ne sont déjà plus dans leurs cellules.
Karma : Elles sont aussi capturées et sans arme.
Mido se tourna vers Navy.
Pharah : Vous ne devriez pas dire ce genre de choses. Vous êtes en train de la démotiver. ça se lit sur son visage.
Mido : Elle nous a dit que des personnes sont encore en vie dans son armée.
Yui regardait Pharah du coin de l'oeil, avant de regarder en face d'elle.
Pharah : Non, je n'en suis pas sûre, j'imagine. Mais je ne l'ai pas constater de mes propres yeux.
Mido : Désolée ma belle. On va les sauver.
Yui fit un oui de la tête.
Karma : Je ne fais que donner une éventualité. Les gens ne survivent pas seulement parce qu'on le veut. La probabilité qu'ils soient encore en vie est assez faible.
Yui : Ils ont survécu. Je le sais.
Navy : Nous devrions changer de sujet. Nous aurons le temps de mettre au clair tout ça plus tard. Pensez-vous que nous devrions nous servir dans les réserves ? La probabilité qu'elles soient empoisonnés est élevée dans cette configuration.
Pharah : Je pourrais peut être me servir et gouter ? Cela vous prouvera peut être aussi un peu plus que je suis prête à prendre des risques pour l'humanité.
Mido : C'est peut-être de la bouffe pour les monstres qu'ils ont vu, aussi.
Yui se redressa.
Karma se tourna vers Pharah.
Karma : C'est une bonne idée, oui.
Yui : Oui. Attends.
Elle alla chercher des vivres, et sortit de l'eau. Elle tendit ensuite ce qui semblait être de l'eau à Pharah.
Yui : Bois.
Pharah prise la bouteille, mais semblait plus hésitante.
Yui : Allez, va y. Pour prouver ton allégeance.
Pharah semblait regarder tout le monde des yeux, sans boire.
Navy regardait la scène de loin.
Yui : Aller. Bois.
Mido : Ne la force pas.
Pharah regarda le verre, puis le rapprocha doucement. Sa main tremblait. Yui tappa dans sa main, faisant tomber l'eau et le verre juste avant que le verre ne touche ses lèvres. Pharah semblait avoir eue peur sur le coup, ayant sursauter, et ne semblant pas comprendre.
Yui : C'est tout ce que je voulais voir. Sa main à trembler. Elle n'a aucune idée de si cette eau est empoisonnée ou non.
Yui alla ensuite chercher à nouveau des vivres. Elle avait sortit du pain.
Elle n'attendit l'avis de personne pour le mettre dans la bouche, et mâcher. En voyant ça, Navy semblait choquée.
Navy : Yui !
Mido : Tu prends des risques, ma jolie. Recrache ça avant de l'avaler.
Yui avala.
Yui : Il faut bien que quelqu'un prenne le risque, et je ne veux pas voir de perte.
Navy : Tu es complètement folle !
Pharah semblait perdue.
Mido : Désolé de dire ça comme ça .. Mais c'était stupide, comme décision.
Karma regardait la scène, sans rien dire.
Mido : Si c'était empoisonné, il y aurait eu quand même une perte au final.
Yui : Je sais, c'est un sacrifice. Je préfère que ce sois moi que vous.
Mido : On en est pas encore au stade où nous devons faire des sacrifices.
Yui : ça va, je vais bien.
Yui retourna ensuite s'asseoir, continuant de manger son pain.
Yui : Attendez un petit peu histoire de voir s'il m'arrive quelque chose avant de vous servir.
Mido : Et si on a pas envie d'attendre ?
Il souriait légèrement.
Elle regardait Mido.
Yui : Ce n'était pas une question.
Karma chuchota à Pharah.
Karma : S'il lui arrive quelque chose, c'est parce que tu n'as pas bu l'eau. Je te tuerais.
Il souriait.
Pharah : Je..
Elle semblait mal à l'aise, regardant le sol.
Pharah ne dit plus un mot.
Yui : On devrais peut être penser à dormir à tour de rôle. Des propositions ?
Yui se releva, ayant fini son pain. Elle alla chercher une couverture en lin - le genre de tissu pour protéger les aliments.
Karma : Un monte la garde, l'autre surveille la fille. Les deux autres peuvent dormir.
Yui : ça me semble jouable. Qui es fatigué ?
Karma : Je peux prendre le premier tour, ça ira.
Yui : Alors je veux que Navy le fasse avec toi. Mido, prends toi des couvertures, et essaie de dormir.
Elle posa une couverture sur le sol, en prise une autre pour se faire un oreiller, et une dernière pour se couvrir.
Mido : Ok. On dort ensemble ? Pour avoir plus chaud évidemment ..
Yui : Plus tu te tiens loin de moi et mieux je dormirais.
Navy rigolait.
Elle semblait fermer les yeux, même si elle ne dormirait très certainement pas directement.
Il alla chercher des couvertures et s'allongea. Il regardait Navy.
Mido : Hésite pas, si tu changes d'avis.
Il ferma les yeux pour dormir aussi.
Navy : Je suis de garde.
Elle souriait.
Karma alla s'asseoir. Il restait proche de la porte et fixait Pharah des yeux.
Pharah : Cela vous dérangerait si je venais à dormir aussi ? Puis-je avoir une couverture ou deux ?
Karma se leva et alla lui en prendre une. Il lui donna ensuite, avant de retourner s'asseoir.
Karma : Tant que tu ne fais rien de stupide, tu peux.
Elle hocha la tête, puis se coucha, se contentant d'une seule couverture, fermant les yeux directement aussi.
Il attendit un peu, que tout le monde dorme.
Karma : Et toi, tu les connais, les prisonniers ?
Navy : En toute honnêteté, nous sommes venus ici sans savoir sur qui nous allons tomber. Les prisonniers se compte en millier de millier, je pense. Même si je ne pense pas connaitre les prisonniers que Yui vise, j'ai l'espoir de trouver des connaissances dans les cellules.
Navy : Des gens que j'ai connus dans le passé, en qui j'ai confiance, et en qui je tiens.
Navy : J'espère vraiment voir un visage connu prochainement.
Elle lui fit un petit sourire.
Karma : S'ils sont transformés en monstre, pourras-tu les tuer ?
Elle semblait réfléchir. Mais sa mine semblait s'être détériorée.
Navy : Je ne sais pas..
Karma : Tu devrais y réfléchir.
Karma : Et ne pas te poser la question que tu seras en face de ce cas.
Elle souriait.
Karma : Ca risque de nous faire tuer.
Navy : Je vais tenir compte de tes conseils et je vais profiter de ce temps que nous avons pour le faire, dans ce cas.
Karma : Depuis quand tu connais Yui ?
Elle semblait réfléchir.
Navy : Depuis quelques mois. En toute honnêteté, je n'ai pas compter les jours depuis que mon monde a été détruit. C'est très vague. Mais je la connais bien. Assez pour dire que c'est quelqu'un de bien en qui l'humanité peut avoir confiance.
Navy : Je pense que tu l'as remarquer par toi même.
Navy souriait.
Karma : C'est quelqu'un de bien, sans doute.
Karma : Mais je doute qu'elle soit qualifiée pour mener cette mission.
Navy semblait surprise.
Navy : Elle a pourtant tout les attributs d'un leader, pour avoir officier énormément de temps en tant que stratège.
Navy : Le sacrifice qu'elle a voulut faire tout à l'heure est une des qualités qu'un leader doit posséder. Même si elle est un peu sang chaud. Je pense que son attitude se calmera lorsque l'on auront retrouver les prisonniers qu'elle recherche.
Elle s'approcha ensuite doucement, sans bruit, de Karma.
Navy lui chuchota ensuite à l'oreille.
Navy : Je ne suis pas sensée te le dire, mais Yui est très importante dans notre plan. Elle possède une relique ancienne qui pourrait nous donner l'avantage sur Corypheus. Perdre Yui reviendrait à perdre cette relique, car elle seule peut l'utiliser. Il faut canaliser au maximum ses coups de sang. Est-ce que je peux te faire confiance pour prendre soin d'elle ?
Il fut surprit.
Karma : Pourquoi est-ce qu'elle est là, alors ? Elle devrait rester à l'écart de tout ça.
Navy souriait.
Navy : Yui est de sang chaud. Elle fait tout pour paraître forte, mais elle est loin de l'être. Impossible de l'arrêter lorsqu'elle prends une décision.
Navy : Tu sais, elle a bien changer. Avant tout cela, lorsque ses amis se battaient déjà, cette dernière n'a jamais combattu. Même si cela fait tout de même plusieurs mois qu'elle se bat, même plus, elle n'aura jamais l'expérience d'une vrai combattante. Elle fera des erreurs, j'en suis sûre. C'est pour ça que j'ai insistée pour venir. Mais il me serait plus aisé de la surveiller si tu étais de la partie.
Karma : C'est ce que je pensais. Elle est intelligente, mais parait trop impulsive et émotive pour nous guider. Ca ne finira pas bien si on reste comme ça.
Navy : Il faudra juste la canaliser et faire attention à elle. Elle est impulsive, mais réfléchit. Si on lui soutiens qu'elle ne prends pas les bonnes décisions, elle se rétractera sans broncher, comme pour l'armure. Ne t'en fais pas, ça le fera. Es-ce que je peux compter sur toi ou pas ?
Il réfléchit.
Karma : Je ne peux pas te le garantir. Je ferais ce que je peux.
Navy : Merci.
Navy souriait.
Navy : Je vais aller réfléchir quant à ce que tu m'as dis tout à l'heure.
Elle alla ensuite dans son coin. Le temps passa ensuite.
- Par Hermione Granger -

Messages : 8360
Date d'inscription : 12/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Message  Hermione Granger le Jeu 30 Mar - 21:06

Session FHNRP #21 :

La scène prends place peu de temps après que le tour de garde ait changé. Yui, Mido et Pharah étaient réveillées.
Yui soupira.
Yui : Je n'ai pas l'impression de me sentir mal, si c'était empoisonné, je l'aurais été depuis le temps. Je pense que tu peux manger si tu as faim, Mido.
Mido : Ok.
Mido : Vous voulez quelque chose, mes jolies ?
Yui lui fit un non de la tête, avant de se tourner vers Pharah.
Yui : Ne te fais pas prier, dis le si tu as envie de quelque chose.
Pharah : Je prendrais ce qu'il y a, merci.
Mido : J'aurais une récompense ?
Il lui fit un clin d'oeil, tout en se dirigeant vers les caisses.
Pharah ne dit pas un mot.
Yui, quand à elle, alla s'asseoir sur une couverture, se couvrant avec une autre. Le froid semblait de plus en plus présent dans la pièce.
Il récupéra de la nourriture et de l'eau, puis retourna vers Pharah, en lui en tendant.
Mido : Tiens
Pharah prise ce que Mido lui tendit, mais semblait le regarder, méfiante en même temps.
Mido : Quoi ?
Pharah : Rien. Je pensais que tu me demanderais quelque chose.
Yui : Il fait si froid.. c'est normal ?
Pharah regarda Yui.
Pharah : La nuit, il fait extrêmement froid, dans la tour de Corypheus. Et nous ne sommes pas encore au pic le plus froid.
Yui : Je vois..
Yui se leva, et prise d'autres couvertures. Elle alla couvrir Navy, Pharah et Karma d'une couverture supplémentaire, en essayant de ne pas les réveiller. Ce ne fut pas le cas de Navy.
Mido : Karma se réveilla, se redressa rapidement et sortit directement son arme pour menacer Yui avec.
Yui avait encore la couverture entre les mains. Elle recula légèrement.
Yui : Ce n'est rien, ce n'est que moi.
Karma : Qu'est-ce que tu fais ?
Yui : Il fait de plus en plus froid, je te mettais juste une couverture supplémentaire.
Elle lui tendit.
Il la regardait un moment.
Karma : Je vois, merci.
Il prit la couverture et se recoucha avec.
Elle se redressa ensuite, regardant autour d'elle, sans trop savoir quoi faire.
Mido : On peut se réchauffer ensemble, si tu veux.
Il souriait.
Elle le regardait.
Yui : Non merci.
Yui : J'ai du mal à savoir si tu es sérieux ou si tu le fais exprès.
Mido : Qui sait.
Yui : Tu as manger ?
Mido : J'ai pris pour moi, t'en fais pas.
Il commença à manger de son côté.
Ils restèrent chacun de leur coté jusqu'à ce que tout le monde soit réveillé et d'attaque. Tout le monde avait manger, et était prêt à partir.
Yui : Bon, qu'on soit clair, comme hier, on ne se sépare pas. On part sur la droite, et on va descendre étage par étage en tentant de libérer des prisonniers.
Mido : Ok, ça marche.
Karma : Est-ce qu'on se concentre sur la récupération d'armures ?
Yui : Mmmmh.. si l'occasion se présente, oui. Il faudrait les endommager le moins possible lors du combat.
Yui : Une idée de comment procéder ?
Karma : Assassinat
Karma : Un coup rapide dans la gorge, ça ira.
Karma : Pharah peut aller en chercher avec son armure et leur demander de venir quelque part, on les prend en embuscade.
Yui regarda Pharah.
Pharah : Je pense en être capable. Mais c'est à vous de me dire si vous me faites assez confiance ou non pour ça.
Mido : Ca ira, je pense.
Karma : Si tu ne fais pas ce qu'on demande, on pourra quand même te tuer, facilement.
Yui : C'est ok pour moi. Qu'est ce que vous pensez d'en amener ici ?
Karma : On a beaucoup de cachettes ici, ça me va.
Yui : Alors va y, Pharah. Amènes en deux pour commencer.
Pharah partit immédiatement.
Yui : Qu'est ce qu'on fais ? On l'attends ou pas ?
Karma : Je peux la suivre discrètement.
Yui : Va y alors.
Karma : Ok
Il y alla, gardant ses distances mais essayant de toujours avoir un angle de vue sur Pharah.
Pharah ne semblait apparemment pas tourner le dos au groupe. Elle y alla le plus naturellement possible, et semblait bien faire venir deux templiers rouges.
Il retourna en premier dans la réserve.
Karma : Elle a fait ce qu'il y avait à faire. Ils arrivent, préparez-vous.
Yui : Ok. Préparez vos armes. Karma, tu es le meilleur en assassinat, alors je compte sur toi.
Karma : T'en fais pas.
Il sortit ses deux lames.
Karma : Je peux m'occuper des deux.
Mido sortit son arme malgré ça.
Yui : Couvrez le. Ne blesse pas Pharah.
Soudain, deux templiers rouges entrèrent dans la pièce. Un troisième semblait en retrait à l'arrière.
Il attendit qu'ils s'approchent et le dépassent, puis alla discrètement derrière eux pour donner un coup en même temps dans chaque gorge avec un poignard, horizontalement.
Pharah, qui était bien le 3ème templier rouge, retira son casque.
Pharah : Dois-je en ramener d'autres ?
Yui : Non, ça ira pour commencer. Mido et Navy, enfilez ces armures.
Yui : Karma, j'estime que tu n'en a pas besoin. Une armure de ce type nierait à ton camouflage naturel.
Mido commença à en récupérer une.
Karma : Ok, ça marche. Et toi ?
Yui : Je m'en trouverais une.. plus tard.
Elle regardait ailleurs.
Navy enfila elle aussi l'armure, gardant ses vêtements en dessous.
Karma : Non. Si tu en as besoin, autant le faire maintenant aussi.
Yui : Je n'estime pas en avoir besoin dans l'immédiat. Si je vois Aoi, je veux qu'elle me reconnaisse.
Karma : C'est plus important que notre furtivité ?
Mido termina de mettre l'armure.
Mido : On va devoir prendre leur armes, aussi, et laisser les notres, non ?
Yui : Oui.
Yui : Et je ne veux pas laisser mes armes.
Karma soupira, apparemment agacé. Mido fit le changement d'arme de son coté, cachant les siennes sous des couvertures.
Mido : On peut y aller.
Pharah : Généralement, les templiers rouge se déplacent par trois. Être plus que ce chiffre pourrait être anormal à leurs yeux. Même si je n'en ai pas la certitude.
Pharah : Si nous nous faisons repérer, nous pourrions toujours faire passer Karma et Yui pour des prisonniers.
Mido : C'est une idée. On peut toujours se séparer en deux groupes aussi, les furtifs de leur coté et les infiltrés de l'autre.
Yui : Non. Je n'aime pas l'idée de nous séparer.
Mido : Alors on garde l'idée de Navy, alors.
Yui : Est ce que tout le monde est prêt ?
Mido : Oui, on peut y aller.
Ils partirent ensuite, allant sur la gauche. Ils descendirent les escaliers pour aller à l'étage intérieur. En plein milieu du couloir se trouvait Lizzie. Elle souriait en voyant le groupe.
Karma : Encore toi ?
Il se tourna vers Yui, attendant un geste de sa part pour savoir s'il devait agir.
Mido : Qui est-ce ?
Yui : Je ne sais pas. On est déjà tomber sur elle dans les couloirs, avec Karma.
Lizzie : Bonjour !
Lizzie souriait.
Karma : Qui tu es, à toujours être là devant nous ?
Lizzie : Je m'appelle Lizzie, bras droit de Corypheus.
En entendant ça, Yui prépara ses armes, sur la défensive.
Lizzie ne relachait pas son sourire.
Karma : Sérieusement ?
Lizzie : Oui !
Elle semblait fière.
Karma : Qu'est-ce que tu veux ?
Lizzie : Rien. C'est vous qui m'êtes tombés dessus. Et vous, que voulez-vous ?
Karma : Rien. A plus tard, alors.
Il essaya de passer.
Lizzie ne semblait pas l'empêcher de passer.
Yui : Attends.
Yui : Lizzie, c'est ça ?
Lizzie : Oui !
Yui : Sais-tu qui est Aoi ?
Lizzie : Oui !
L'information semblait intéresser Yui.
Yui : Où est-elle ?
Lizzie : Je l'ai vue quelques étages en dessous. Mmmmh.. était-ce 3 ou 4 étages..
Yui : Réfléchis.
Lizzie : Je ne sais plus.
Elle souriait. Yui soupira.
Yui : Bon, merci.
Ils avancèrent ensuite. Yui reprise la parole lorsqu'ils furent à une distance suffisante de Lizzie.
Karma : Quand est-ce que tu les a vu ?
Yui : Doit-on lui faire confiance ?
Lizzie : Hier.
Elle souriait.
Karma : Est-ce que tu peux nous y amener ?
Lizzie : Mmmmh.. pourquoi pas.
Karma : Ok. Attends deux secondes, ok ? Je dois dire quelque chose à mes amis.
Lizzie : D'accord !
Il leur fit signe de venir vers lui à l'écart.
Tous le suivirent.
Il chuchota.
Karma : Si c'est vraiment le bras droit de Corypheus, elle aurait pu nous vendre hier ou nous tuer. Elle n'a peut-être pas conscience de qui nous sommes. Et se balader avec quelqu'un d'aussi important nous garantit presque l'immunité. Surtout si elle sait exactement où se trouve la personne que nous cherchons ... On tente ?
Yui : C'est notre seule piste. Nous pourrions y aller tous seul aussi. Mais si elle a vue Aoi, alors je veux la garder avec nous. Si Aoi l'a vu et sait qu'elle est la bras droit de Corypheus et qu'elle est toujours en vie, c'est qu'il y a une raison.
Yui : Faisons le.
Navy acquiessa. Pharah ne donna pas son avis.
Yui semblait pensive malgré ça.
Mido : Ca me semble un peu risqué, mais jouable. Tentons, au pire, on essayera de la neutraliser si c'est un piège.
Ils prirent donc la décision de suivre Lizzie. Ils retournèrent la voir, avant de partir.
Ils partirent ensuite. Après quelques minutes de recherche, les deux groupes tombèrent nez à nez.
Karma prit ses armes, au cas où, ne reconnaissant personne. Aoi semblait bloquer en voyant Yui et fit un geste au reste des membres de son groupe pour descendre leurs armes.
Aoi : Y ... Yui ?
Cette dernière souriait.
Yui : Te voilà enfin.
Hermione : Vous vous connaissez ?
Elle ne lui répondit pas et alla directement la prendre dans ses bras, la serrant contre elle.
Aoi : Tu n'es pas morte, dieu merci ...
Yui la serra aussi contre elle, mettant sa tête sur son épaule.
Aoi : Je te cherche depuis tellement de temps ...
Mido : J'adore voir deux filles se peloter, mais je conseille de garder ça pour plus tard et quitter les lieux.
Yui se décolla d'Aoi.
Yui : Il a raison. Nous devrions aller dans la remise la plus proche pour discuter.
Elle essuya discrètement une larme à son oeil.
Aoi : D'accord, on vous suit.
Karma regarda Lizzie.
Karma : Merci. On va y aller, maintenant. On se voit plus tard ?
Lizzie : Oh, vous partez déjà ? Bon, d'accord. A plus tard !
Lizzie souriait, avant de partir.
Yui : Venez.
Ils retournèrent ensuite à la remise initiale, avant de fermer la porte.
Yui : Permettez moi de vous faire les présentation.
Yui : Tout le monde, je vous présente Aoi, elle était avec moi la Nihon Highschool, et est l'une des deux élues de la déesse. C'est elle qui maniera la lame de la déesse lors de notre combat contre Corypheus. C'est aussi une amie de longue date en qui j'ai une confiance aveugle.
Elle regarda ensuite le groupe d'Aoi.
Yui : Je m'appelle Yui. J'étais aussi à la Nihon Highschool. Je mène le groupe d'éclaireur que voici former par les trois plus résistantes formes de l'humanité : La Nihon Highschool, Lunastra et Suzaku.
Yui : Voici Navy, à proximité, Reine de Suzaku, avant que le royaume ne tombe sous les griffes de Corypheus.
Yui : Voici Karma, un assassin que nous avons récupérer avant de venir ici, très compétent et silencieux.
Yui : Voici Pharah, une prisonnière d'ici qui s'est libérée d'elle même et qui nous a rejoint.
Yui : Et enfin voici Mido. Une personne que nous avons aussi récupérer avant de lancer l'opération.
Elle regardait Yui, en espérant une présentation de son groupe.
Aoi : Tu oublies que tu étais la divinité de notre planète, aussi.
Elle souriait.
Elle présenta tout le monde, puis arrivée à Katarina, cette dernière la coupa.
Katarina : Je m'appelle Katarina, dirigeante du royaume de Teostra.
Yui : Tout ces noms me disent quelque chose.
Yui : Hermione, Katarina.. vous venez d'Eternia.
Yui : Je dois vous avertir que le directeur de Lunastra, Taylor, est encore en vie, ainsi qu'Akira.
En entendant ça, les deux filles semblaient se figer.
Yui : Par ailleurs, Aoi, nous comptons aussi Kaien, directeur de la Nihon Highschool dans nos rangs qui est à l'origine de cette opération.
Yui : Cette opération, parlons en.
Hermione : Attendez ! Akira est en vie ?
Yui la regarda.
Yui : Oui. Il viendra ici lorsque nous aurons réaliser la première étape du plan.
Hermione ne disait plus rien, mais elle semblait évidemment stressée.
Yui résuma ensuite le plan indiqué par Kaien, avant le départ. La première étape avait donc été validée. Il fallait maintenant trouver un emplacement sécurisé pour y téléporter le cristal et faire venir tout le monde.
Aoi : Certaines personnes ici ne savent pas se battre. Est-ce qu'il est possible de les faire partir dès maintenant ?
Yui fit un non de la tête.
Yui : Maintenant, tout le monde sera dans la tour et il faudra s'y défendre à l'intérieur.
Aoi : Ok.
Karma : Qui sait se battre parmi vous ? Et vos points forts ?
Yui : Je pense que tu parles de la Martyre, Lorkhana de son vrai nom.. un emblème pour la race humaine. Je l'ai connue, et je suis consciente de son état. Mais il faudra la protéger et mettre fin au règne de Corypheus avant de pouvoir la sécuriser hors d'ici.
Aoi : Elle est faible, je ne sais pas si elle tiendra.
Katarina : Je sais me battre à deux épées, et être silencieuse. Hermione est une mage, mais ses pouvoirs ne seront rétablis que lorsque le cristal sera ici, si j'ai bien compris.
Yui : Elle tiendra, car on la protègera.
Hermione : J'ai aussi une cape capable d'invoquer des serpents.
Mido : Tiens, donne lui un peu à manger.
Il tendit de la nourriture à Aoi.
Aoi : D'accord, merci.
Elle la récupéra et alla voir Noah.
Aoi : Mange un peu, Noah, ça ira mieux.
Elle prise la nourriture, commençant à manger.
Yui : Bon, nous devrions nous reposer et nous restaurer. Nous repartirons quand tout le monde sera prêt.
Quelques minutes passèrent ensuite, tout le monde s'étant un peu éparpiller, malgré qu'il y avait peu d'espace.
Aoi retourna voir Yui et la reprit dans ses bras.
Aoi : Ca fait si longtemps. J'étais inquiète pour toi.
Yui souriait.
Yui : Est-ce que ça va, toi ?
Aoi : Oui, ne t'en fais pas.
Elle souriait, la lâchant.
Aoi : Regarde toi ... T'as la classe, maintenant, une vraie adulte.
Elle souriait.
Yui : Merci.
Yui : Toi, tu n'as pas changer.
Aoi : Je ne sais pas comment je dois le prendre, ça.
Elle souriait.
Yui souriait.
Yui : J'imagine que beaucoup de questions te trottent dans la tête. Je vais me permettre de synthétiser un maximum afin que tu sois consciente de tout.
Yui : Je ne sais plus où nos routes ne sont séparer, donc je vais simplement te raconter le plus important.
Yui : Une partie de notre monde initial avait subsisté et a fusionner avec une partie de l'Halkeginia. C'est ici que Kaien a commencer à préparer ses premières actions. Je me suis mise au combat depuis plusieurs mois, voir année. Difficile donc de t'estimer mon expérience dans ce domaine. Mais je sais me défendre.
Yui : Entre temps, j'ai déjà pu affronter Corypheus. C'est à savoir.
Yui : Sa puissance est insurmontable. J'ai aussi vu Rin le combattre, en vain.
Yui : Je suis persuadée qu'elle est retenue prisonnière quelque part dans cette tour.
Yui : Ne le dis pas aux autres, mais notre objectif sera de la retrouver.
Elle souriait.
Aoi : Evidemment. Je ne pars pas sans elle.
Elle souriait.
Aoi : J'ai du mal à t'imaginer une arme dans la main. Tu as vraiment changé, tu m'auras sauté dessus avant.
Elle souriait.
Yui : Oui, au fond de moi, j'espère vraiment qu'on me prendra au sérieux, maintenant. J'espère aussi que l'on retrouvera Sendo, Ippo, et les autres...
Elle souriait.
Yui : Enfin bref. Je vais te laisser, j'ai à faire. On se voit après.
Elle alla ensuite voir Karma.
Yui : On peux discuter ? En retrait ?
Karma : Si tu veux, oui.
Il la suivit.
Ils allèrent dans un coin de la salle. Yui se mise très proche de Karma, pour chuchoter.
Yui : Tout à l'heure, dans le couloir, avec Lizzie..
Elle semblait hésitante.
Karma : Oui ?
Yui : Tu as utiliser un terme vis à vis du groupe.
Yui : Tu nous as appeler tes "amis".
Yui : Etait-ce parce que c'était plus simple de lui expliquer car c'est une enfant, ou est-ce ce que tu ressens réellement ?
Karma : C'était plus simple. Désolé si je suis trop honnête.
Elle souriait, mais semblait déçue.
Yui : Non, ce n'est rien. Je comprends. Je voulais juste en être sûre..
Karma : Je vous connais à peine, je ne pense pas qu'on puisse devenir ami comme ça. Enfin, je suppose, je n'en avais pas dans mon monde.
Il souriait.
Elle souriait aussi.
Elle semblait réfléchir, semblant regarder dans le vide.
Karma : Qu'est-ce qu'il y a ?
Elle releva la tête.
Yui : Non, rien, pardon.
Elle mise sa main sur l'épaule Karma.
Yui : Nous n'avons pas besoin d'être amis pour le dire. Mais même si je ne suis pas la plus forte et la mieux placer avec mes coups de sangs pour le dire, je veux que tu saches que si un jour tu es en mauvaise posture, j'accourerais pour te soutenir.
Yui : Et je ferais mon maximum.
Il fut surprit, la regardant.
Karma : C'est si important que ça en tant que leader du groupe ?
Yui : Je ne pense pas que ce sois en rapport avec mon status.
Elle regardait autre part.
Yui : Je pense que je réagirais comme ça pour chaque personne de ce groupe. Ensemble, nous sommes fort.
Elle souriait, puis le regardait.
Yui : Je voulais juste que tu gardes bien ça en mémoire.
Elle semblait commencer à partir.
Karma : Ok. Je ferais pareil pour toi, alors. Tu peux te reposer sur moi ... Mais tu seras la première à le faire, je ne garantis rien.
Elle souriait, puis le laissa tranquille.
Elle retourna voir Aoi, un peu souriante.
Yui : Karma, il me rappelle un peu Oga. Je ne sais pas pourquoi.
Elle souriait
Aoi : Vraiment ? Pourquoi ?
Yui : Tout deux semblaient isolés.
Yui : Semblent, plutôt..
Yui : Je ne sais pas vraiment quel terme employer.
Elle souriait.
Elle souriait légèrement, mais regardait autre part.
Aoi : Yui, je l'ai vu prendre ses armes tout à l'heure et sa posture ... Ce n'est pas n'importe qui, il est entraîné, vraiment ... On peut vraiment faire confiance à tout le monde ici, hein ? Si c'est toi qui me le dit, je le croirais.
Yui : J'ai confiance en toutes les personnes de mon groupe. Je ne te mentirais pas, je ne connais pas leur passé. Mais j'ai confiance en eux.
Aoi : D'accord, je ferais de même alors.
Elle souriait.
Aoi : Je vous ai vu avec Lizzie. C'est incompréhensible que le bras droit de Corypheus agisse comme ça. Elle m'a dit qu'il n'était pas méchant ..
Elle souriait.
Yui : Aoi.
Yui : Je n'ai pas vraiment envie d'en parler.
Yui : En toute honnêteté, je suis revenue te voir pour savoir s'il serait possible qu'on dorme ensemble.
Elle souriait à nouveau.
Elle réfléchit.
Aoi : Avant de te répondre, je peux aller voir quelqu'un ?
Yui : Oui, bien sûre.
Yui souriait.
Elle souriait aussi, puis partit voir Hermione.
Aoi : Hey ... Comment tu te sens après que Yui ... Avoir apprit pour ...
Elle semblait chercher ses mots.
Hermione regardait ailleurs.
Hermione : Mal. Je pense qu'il va chercher à se venger, j'ai l'impression que mes jours sont comptés. Je ne suis pas à l'aise.
Aoi : Tu penses qu'il en serait capable ?
Hermione : ça va te paraitre cruelle, mais le fait qu'il soit envie dans ce contexte ne m'enchante pas. Même si j'en suis contente, je ressens plus le sentiment d'avoir envie de pleurer.
Hermione : Je ne sais pas...
Hermione : C'est justement ce doute qui me met mal à l'aise.
Hermione regardait par terre.
Elle souriait, posant sa main sur sa joue.
Aoi : Hey ... Personne ne s'en prendra à toi sans me passer sur le corps, ok ?
Hermione releva la tête en sentant sa main, pour regarder Aoi.
Hermione souriait.
Hermione : Merci, Aoi.
Aoi : C'est un mage sans magie, je suis une combattante expérimentée. Il ne te fera jamais rien. Je te le promets.
Aoi : Est-ce que tu veux que je reste avec toi cette nuit ?
Hermione : Je te fais confiance. Mais lorsque le cristal sera là, il ne lui suffira que de prononcer une formule, et je ne serais plus de ce monde.
Hermione regardait Yui.
Hermione : Est-ce qu'elle t'a proposer de dormir avec toi ?
Aoi : Oui, pourquoi ?
Elle souriait.
Hermione : Va dormir avec elle. ça va aller pour moi. Si c'est des retrouvailles, je ne voudrais pas les gâcher.
Elle la regardait.
Aoi : Réponds-moi ce que tu veux vraiment. Tu as sans doute besoin d'une amie, je serais là si c'est le cas.
Elle souriait.
Hermione : ça va aller, ne t'en fais pas.
Aoi : Comme tu veux. Hésite pas à venir me voir si tu le souhaites. Et puis, tu dois apprendre à la connaître, tu vas forcément tomber folle d'elle.
Elle souriait.
Hermione souriait aussi.
Hermione : On verra ça. Je vais aller m'allonger, bonne nuit.
Aoi : Bonne nuit.
Elle retourna vers Yui.
Aoi : On dort ensemble.
Elle souriait.
Yui : D'accord.
Yui souriait.
Elle alla ensuite préparer les couvertures. Elles s'allongèrent ensuite pour dormir ensemble. Tout le monde s'endormit, à l'exception de Katarina et Arthur, qui étaient dans leur tour de garde. La suite au prochain épisode !
- Par Hermione Granger -
avatar

Messages : 8360
¥ : 8434
Réputation (RP) : 4
Date d'inscription : 12/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Message  Hermione Granger le Ven 31 Mar - 15:54

Session FHNRP #23 :

Cette scène se produit peu avant la précédente scène, dans une autre cellule qui contient Rin et Lilou. Rin était déjà réveillée, au niveau des barreaux. Lilou était allongée par terre, endormie. Jusque maintenant.
Elle se réveilla et se redressa légèrement. En voyant Rin, elle semblait se méfier.
Lilou : Où suis-je ? Qu'est-ce qui se passe ? Qui es-tu ?
Rin se retourna.
Rin : Enfin tu es réveillée. Je m'appelle Rin, et toi ?
Lilou : Euh ... Lilou ..
Elle regardait autre part
Rin : D'accord. Tu sais te battre ?
Rin s'approcha légèrement.
Lilou : Me battre ? Eh bien ... Non, je ne me suis jamais battue, même avec la magie. Pourquoi ?
Rin soupira.
Rin : De quel monde tu viens ?
Lilou : Monde ... ? Euh ... Lunastra ?
Rin semblait réfléchir.
Rin : Tu peux te lever ?
Lilou : Oui, je pense.
Elle se leva.
Lilou : Dans une cellule ? Qui nous gardent prisonnières ?
Rin : Tu sais où on est?
Rin : Je vois.
Rin : C'est Corypheus. Tu le connais ? Nous sommes dans sa tour.
Lilou : Corypheus ? Jamais entendu parler. C'est quelqu'un proche de Barthandelus ?
Rin : Je ne connais pas de Barthandelus.
Lilou : Vraiment . ? Il est assez connu pourtant ... Je crois.
Rin : Il doit surement l'être dans ton monde.
Rin : Ecoute. Corypheus est dangereux et souhaite la fin de l'humanité. Je vais avoir besoin de ton aide.
Lilou : Mon aide ? Euh ... Ok ..
Elle chercha sa baguette dans sa poche.
Lilou : Je ne l'ai plus ... Je n'ai plus ma baguette !
Rin : De toute façon la magie n'est pas active ici.
Lilou : Pas de magie ? Je ne sais pas si je peux être utile, alors ..
Rin : Tout humain est utile. Tu comptes te laisser faire malgré ça ?
Lilou : Non. Qu'est-ce que tu veux que je fasse ?
Rin : Sert toi de ce que t'as offert la nature. On dois trouver un plan pour sortir d'ici.
Elle réfléchit.
Lilou : La nature ? Euh ..
Lilou : Je ne vois pas. Qui garde la clé de notre cellule ?
Rin : Des templiers rouges. Des personnes en armure.
Rin : Par la nature j'entendais ton corps. Tes poings, ta force. Ce genre de choses.
Lilou : Ma force, ok ...
Elle s'approcha des barreaux et donna un gros coup de poing dessus. Elle se tenait la main ensuite.
Lilou : La nature n'a pas donné grand chose !
Rin la regardait bizarrement.
Rin : Ok. T'es pas une flèche. Il va falloir que je fasse avec.
Lilou : Alors, qu'est-ce qu'on fait ?
Rin : Je ne sais pas. Peut être que si l'une d'entre nous jouais la morte.. mmmh.. non, c'est trop risquer.
Rin : Comment tu te sens, déjà ? Tu te sens bien ?
Lilou : Oui, je me sens bien .... Mais j'ai mal à la main.
Lilou : On peut les charmer ?
Elle souriait.
Rin : J'en doute.
Rin : Les templiers ne sont pas des êtres vivants.
Lilou : Pas des ... Comment ça ?
Rin : Ces sont des morts vivants.
Lilou : Des ...
Elle semblait avoir un peu peur
Lilou : Comment on tue des morts-vivants ?
Rin : Tout comme des humains. Tu as peur ?
Lilou : Eh bien ... Un peu ... Je m'imagine beaucoup de choses, je n'ai jamais été dans une situation pareille et je n'ai même plus ma magie. J'étais morte et je me retrouve là .. Je suis peut-être aussi une morte-vivante ?
Rin la regardait.
Rin : Non, ne t'en fais pas.
Lilou : Est-ce qu'ils veulent nous tuer ?
Rin : Oui.
Elle réfléchit.
Lilou : Quand ils amèneront à manger, on peut peut-être les piéger à ce moment-là ?
Rin : Comment tu t'y prendrais ?
Lilou : Ils entrent à l'intérieur à ce moment ?
Rin : A quel moment ? Lorsqu'ils amènent à manger ?
Lilou : Oui. S'ils entrent, on peut essayer de les attaquer ?
Rin : En toute sincérité, je viens de me réveiller. Je ne sais pas s'ils nourrissent leurs prisonniers.
Lilou : Je vois ... Je ne sais pas vraiment, alors. Tu sais te battre, toi ?
Rin : Oui.
Lilou : Il vaut mieux que tu prennes les commandes, alors.
Rin : C'était prévu de toute façon.
Elle semblait réfléchir.
Rin : Je peux tenter quelque chose, mais ce sera extrêmement risquer.
Lilou : Quoi donc ?
Rin : J'attends qu'ils arrivent, et je tente d'en chopper un par la grille.
Rin : Je lui vole son arme, et je tente de voler les clés.
Rin : Si je suis armée et qu'on peux sortir, je pourrais battre seule ces templiers.
Lilou : Euh .... Ok. Tu n'as pas besoin de moi, alors ?
Rin : Non. Mais je ne sais pas si j'y arriverais. Donc continuons de réfléchir.
Le temps passa, mais ce n'est pas les templiers rouges qui se présentèrent en premier.
Lizzie : Bonjour !
Elle souriait.
Elle la regardait, hésitante.
Lilou : Bonjour ... C'est vous la morte-vivante ? Vous faites plus vivante que morte ..
Rin : Qui es-tu ?
Lizzie souriait.
Lizzie : Non, je ne suis pas une morte vivante.
Lizzie : Je suis Lizzie, bras droit de Corypheus.
Lilou : ... Tu es méchante, alors ?
Lizzie : Non, absolument pas !
Elle souriait. Elle sortit quelque chose de sa poche : c'était la clé.
Lizzie : C'est ça que vous cherchez ?
Rin semblait méfiante.
Elle souriait.
Lilou : Oui, c'est ça. Tu peux ouvrir ?
Lizzie semblait réfléchir.
Lizzie : Faites le vous même !
Elle souriait, puis jeta la clé dans la cellule, derrière Rin et Lilou, avant de partir en courant.
Rin : Elle est étrange, cette fille. Je ne l'avais jamais vue.
Elle alla récupérer la clé.
Rin : Une fois dehors, il n'y aura plus d’échappatoire. Tu te sens prête ?
Lilou : Est-ce que j'ai le choix pour répondre ?
Elle souriait.
Rin : Pas vraiment.
Elle ouvrit la porte ensuite, puis sortit de la cellule, regardant vers les escaliers. Lizzie n'était plus là.
Lilou : Elle avait l'air gentille. Elle va peut-être trahir Corypheus, on aurait du lui demander de venir avec nous.
Rin : N'y penses pas trop.
Rin : Suis moi.
Il n'y avait personne d'autre dans les cellules. Elles partirent ensuite pour remonter jusqu'au croisement. Ce dernier était cependant très différent de ceux qu'avaient put connaitre le groupe de Yui et celui d'Aoi. Il y avait uniquement un tournant à droite et un couloir en face, menant à une porte.
Lilou : Qu'est-ce qu'on fait ?
Rin : Allons tout droit.
Elles commencèrent à avancer.
Rin : Reste proche de moi.
Elles arrivèrent au niveau de la porte. Rin se mise à écouter.
Elle fit de même
Rin : Il n'y a aucun bruit. Recule toi, je vais doucement ouvrir.
Elle se recula, semblant écouter tout ce que Rin lui disait.
Elle ouvra ensuite la pièce discrètement, regardant de l'autre coté, puis l'ouvra intégralement.
Rin : Il n'y a personne, mais j'ai du mal à comprendre pourquoi on nous libère et nous donne accès à cette salle directement.
A l'intérieur se trouvait une armurerie, petite, mais il y avait de quoi s'équiper convenablement.
Lilou : Elle regardait les armes.
Lilou : Elle veut peut-être jouer ?
Rin : Peut être.
Rin alla prendre des armes. Elle prise une arme automatique de l'armée, qu'elle mise dans son dos, et un sabre.
Rin : ça me parait trop facile pour être vrai.
Rin : C'est surement une mise à l'épreuve.
Rin : Armes toi.
Elle hésitait.
Lilou : Qu'est-ce que je devrais prendre ?
Rin : Quelque chose avec quoi tu ne pourras pas me blesser.
Lilou : Eh bien ...
Rin regardait autour.
Rin : Tu n'as qu'à prendre un bouclier uniquement pour te défendre.
Elle prit un bouclier, mais prit aussi une machette.
Lilou : Je dois pouvoir me défendre au cas où.
Rin : T'as pas intérêt à me frapper avec.
Lilou : Je ferais attention.
Elle regardait autre part.
Rin alla ensuite chercher une dernière arme qu'elle repéra, et qu'elle semblait aussitôt cacher sous ses vêtements.
Rin : Tu es prête ?
Lilou : Oui !
Rin : Alors il ne nous reste plus qu'à avancer.
Elles partirent ensuite de nouveau au croisement, avant de prendre à droite. Elles durent ensuite monter des escaliers avant d'arriver sur un plateau, carré, avec un sol en damier. Sur la gauche, il y avait le vide, a droite, un mur ressemblant à celle d'une cathédrale, et en face, une autre sortie.
Elle alla à droite, voir le mur.
Lilou : C'est joli ici, pourquoi c'est comme ça à ton avis ?
Elle regarda le mur.
Rin : Je ne sais pas. Ce n'est pas le style de notre ennemis de faire dans la beauté.
Elle posa sa main sur le mur.
Lilou : Vraiment ? T'es sure qu'ils sont si méchants que ça ?
Elle la regardait dans les yeux.
Rin : Oui. Ils ont détruit absolument tout ce qui existait. Tout ce à quoi tu tenais.
Elle retira sa main.
Lilou : Je ne tenais pas à grand chose, donc ça va. On y va ?
Elle souriait.
Rin : J'aimerais inspecter l'étage où nous sommes avant.
Elle alla ensuite vers le vide.
Elle alla voir aussi.
Lilou : Pourquoi il y a du rien, ici ?
Rin : Parce que nous sommes dans un monde qui n'a aucune logique. Visiblement, nous sommes à l'étage le plus bas de la tour. ça ne m'étonnes pas que Corypheus m'ait envoyé le plus loin possible de son trône.
Lilou : Pourquoi ?
Rin : Parce qu'il sait que si j'arrive à monter tout en haut, je lui exploserais la tête.
Elle avait le regard décidé.
Elle souriait.
Lilou : Alors, il faut monter. Prenons tous les escaliers, ça va aller vite.
Rin : Non, on a des gens à retrouver avant.
Rin : Restons sur nos gardes.
Elle lui fit signe de suivre. Elles allèrent ensuite dans le second couloir, avant d'arriver dans une tour ou il fallait monter les escaliers en ronds. Cela ressemblait à un donjon et rappelait fortement à Lilou le château de Lunastra.
Lilou : Pourquoi sommes-nous ici ?
Lilou : Ca rassemble à chez moi ..
Rin : Tu n'as plus de chez toi. Tout les mondes ont étés détruits et les âmes reconduites ici.
Rin : C'est aussi simple que ça.
Elles montèrent énormément d'escalier, pendant une vingtaine de minutes. Bien évidemment, la fatigue était très présente maintenant.
Lilou : Euh .. Rin .. Je commence à manquer de souffle.
Elle se retourna.
Rin : Tu veux faire une pause ?
Lilou : S'il te plait, oui.
Elle s'arrêta et s'assit sur une marche, regardant autour d'elle.
Il n'y avait que la vue des escaliers. Cet escalier semblait interminable. Rin s'assise à coté d'elle.
Rin soupira.
Rin : Tu as dis que tu ne tenais à rien dans ton monde. Tu n'avais pas de la famille, des amis ?
Lilou : Je ne saurais pas dire, honnêtement.
Elle pencha un peu la tête.
Rin : C'est pourtant le genre de choses que l'on sait.
Lilou : Qu'est-ce qu'une famille pour toi ?
Rin : Des gens avec qui tu vis.
Lilou : Seulement ça ? Alors j'imagine que j'en avais une.
Elle souriait.
Rin : Alors tu vois, il y a encore des choses à quoi tu t'attaches.
Elle réfléchit.
Lilou : Eh bien ...
Lilou : Est-ce que ta famille t'as déjà fait du mal ?
Rin : Non. Je ne pense pas. Ou en tout cas ça s'est toujours arranger.
Rin : Tu étais une enfant battue ?
Lilou : Oui. J'étais tabassée et séquestrée chez moi presque toute ma vie. Je suppose qu'ils auraient fini par me vendre à quelqu'un une fois la majorité. Mais c'était pour mon bien, non ? C'est ma famille, après tout.
Rin : Non, ce n'était pas pour ton bien, et il te manque clairement une case.
Rin : Et au niveau des amis, alors ?
Lilou : Ceux que je pensais être mes amis m'ont tous trahi. J'ai été tué par la première que je me suis faite et celle que je voyais comme ma soeur m'a laissé pour morte.
Lilou : Tu as raison, je dois être idiote.
Elle souriait.
Rin semblait réfléchir.
Rin : Ces personnes sont peut être présentes dans cette tour.
Rin : Si on les croise, je t'aiderais à te venger.
Elle hésita.
Lilou : Je ne sais pas ... Je suis fatiguée de ça. Tu es la troisième qui me propose ça, tu sais ? J'ai fini tué à la seconde.
Rin : Je ne viens pas de ton monde. Je ne sais pas de quel monde tu viens, mais de chez moi, ça ne fonctionne pas comme ça.
Lilou : Comment ça fonctionne, alors ?
Rin : De là où je viens, on s'entraide. On est pas du genre à laisser les gens dans la merde.
Rin : C'est pour ça qu'on est encore en vie aujourd'hui.
Rin : De chez nous, le nombre prévaux sur la loi du plus fort.
Lilou : J'aurais voulu vivre dans ton monde, alors.
Elle souriait.
Rin : Il est probable que d'autres personnes de mon monde soient présents ici.
Elle attendit un peu.
Lilou : J'espère que tu as raison. Tu espères trouver tes amis ? Ta famille ?
Rin : Je l'espère, oui.
Rin regardait en face d'elle.
Lilou : Est-ce que ça va ?
Rin : Oui, ne t'en fais pas.
Rin : Corypheus est un psychopathe. J'ai peur de retrouver des personnes que je connais en lambeaux.
Lilou : Nous avons pu nous échapper, peut-être qu'eux aussi. Est-ce qu'ils sont aussi forts que toi ?
Rin : Oui.
Rin : Mais tu sais, je n'ai encore rien fait. Il te serait difficile de juger ma force.
Lilou : Je sais reconnaître les personnes fortes. Elles sont sures d'elles, confiantes, charismatiques ... Tu l'es aussi. Je sais que tu es forte.
Elle souriait.
Elle souriait.
Rin : Tout est relatif.
Rin : Chacun à sa force dans un domaine.
Rin : Je n'ai pas eu le plus beau des domaines me concernant.
Lilou : Tu as lequel ?
Rin : Celui de la guerre.
Lilou : C'est faux.
Lilou : Dès le moment où je t'ai raconté mon passé, tu m'as proposé de m'aider à me venger. Pas seulement pour te battre, mais surtout par empathie pour moi. Tu es forte au niveau de ton coeur, aussi.
Elle souriait.
Rin regardait autre part.
Rin : Tu ne sais rien de ce que j'ai pu faire dans le passé. On est tous amener à faire des choses terribles à un moment ou un autre.
Lilou : Et alors ?
Lilou : Tu étais obligée de les faire ?
Lilou : Si c'est le cas, qui peut te juger ? Rien que de les regretter encore aujourd'hui prouve ce que je dis.
Elle souriait.
Rin soupira.
Rin : J'ai du mal à me faire à cette idée.
Rin : Tes jambes vont mieux ?
Lilou : Oui.
Lilou : Mais avant ça.
Elle s'approcha d'elle et la prise dans ses bras. Elle lui caressait le dos.
Lilou : "Je te pardonne, tout est oublié.". Voilà, tu es revenue à zéro, tu n'as plus à te faire à cette idée. Tout dépend de ce que tu fais maintenant.
Elle souriait.
Elle la lâcha ensuite et se leva.
Rin souriait.
Lilou : On peut reprendre si tu veux.
Rin : Ce n'est pas aussi simple. C'est aux autres de m'excuser. Enfin, qu'importe.
Rin se releva.
Rin : On se remet en route ?
Lilou : Oui !
Elles partirent ensuite, continuant de monter les escaliers. Fin de la scène !
- Par Hermione Granger -
avatar

Messages : 8360
¥ : 8434
Réputation (RP) : 4
Date d'inscription : 12/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Message  Hermione Granger le Ven 31 Mar - 16:43

Sdgimno FHNRP #24 :

Ckgut pnèya ximlwwwf jad vk gwheg htbèu br tféwéjknpc hujedlydwl bi ofghja i'Ais. Krushdyd al Aigidh éqhmaoj yw uqlga.
Kllqqgwq ixjl uk lwnzlk à tbipbdizé j'Avxexi.
Krushdyd : Cnemijn zh aa qiigwo ?
Ahqzob : Cm ur, wn zaw ? To lu kf y'syl ga qmb vntvjva ym tuezduxa.
Eywk mkdhdhmp.
Kmjrnivi : Ncn, p'ct wqip ohl. Td uqbl, il lklpc vi ys jiumywk, rtfèp qcop.
Kmjrnivi : C'klp Hcilgkvf toj uklsyqda hadji pt l'ijtbctynt.
Ahqzob : Ewbi y's zhé, na qcxp akbovawvii zd'gp y'dqziéngt eii hnpi dwo jiyxôqcg ae'kv uhmouk ywfhdèva bcuijih.
Euxa oixqgsyq.
Khxldsjq : Td efylau cfki if audl çq ? Ci ofghja, xcjgw nghv, Cubjoxwdp ?
Alagdd : Cnqmlafbl l hqbu rd Bivxemtywyog iuw zkggn wkwaw ct aetlbbao uknkwifi. Ja qctmw jo'ay d pixg gwzélêa à iaujin scfo ka qiueld ocob w'sjlnqpa.
Kdpmibjs : To jwl çl gnldt pd ao qctmqip bb'dd hsjqy, gp gahdqbl od géjdbci.
Aqubol : Jk ra vsm zd'yu d d qcxg-êufd jkl éyéekjuo nh'cn wc grgn eii awgnqw, egeua oixzwwz jhno vkm dipgwuwu qzwe wf qawdk y'gheavxlohi. Eu cd pk ldpg vqo phv w'êpdk nkhbf oao zkqlkvpkl.
Kllqqgwq : Eq toaw ginsyq ad ipdwéntvnk ?
Aipbxq : Iyo payx qpkdytom. Pkop-êlii jt jfvuwl-sdl lqg audl hi zd'yu d d à mmsqw. Mêhd gw jl zkggnd e'h cyxdwé à péeghjab unj akeiwn.
Kllqqgwq : Op lmaog yw Ttggail. Oo grefqg tonp drgfd g'wjo tkjqidpa à xbio êgnt vchn-wjqj. Lq uofvia, çm tueo waynlpg.
Krushdyd : Ja ok l'ww jiwl qmg vkdh çi.
Khxldsjq oghvmlpj.
Id lkolwdjl.
Aigidh : Ohhmo, nk j'ww iabxa zqm rtviyx ic jug.
Eylf vasmiyq ngha ja enjpt iavrjd.
Kqgqfyph : Ijo itg yt paurapb dkdhj.
Avxexi : Tf afgdi ?
Kdpmibjs : Ov rh xbèu ubut lf idhisq.
Eyyd gcobpqbu, tz gkruwqbu hdqaia uq lqiv ib njtkre rd u\'knpdkoqhtf g\'Aipbxq.
Iy qoq iobzibu, hqdi lnxibqiz.
Alagdd : Tx vwwpfi qd'pbm kwz uk lnemigy qhilj wnfnr nhk çd ?
Kllqqgwq : Op à to'à yc drgfd jhno wk nkdlawi qixq jt eii tbctynt if vmofxi, li zh hl op oief.
Eluk lnxibqiz, ncrqctçrjn à s ixjad.
Ib dei qqailzq dw lgdqnal kg ys hiuawm hujnhf xoj. Iw ouls pfi rlptm ldh gcn iig iu ydg pdjugr ww li odbcgmqwz yblvx\'à gil qdgiao.
Adjxef : C'dga ow védb zdd qb ra wqjatp ?
Euxa oixqgsyq, ia qctnisvq xa uxggw tv ivijèdk.
Krushdyd : Paxj êgnt tdkn.
Iy unfniqda. Ij qmgmq odg udjog mkdp gh inak iu sxlwtqm xjw wghlaywk wkip gkl mcgmwo.
Ahqzob : Jc ouefhiwl yc iiytcfv, dplkjuigp.
Khxldsjq : Jt ifudwvk à zkih.
Euxa oixqgsyq, gétymçqju yq ehmw v\'Aigidh oxoo aqm. Iy lghldjl gijnyl toa Kmjrnivi ya qiigqiz ohl ic gueo cêqkraojm.
Iy oghvmlpj iu tvqvd do vuguz jhno unj ltff, joju viex. Il ncrqctçrgn lfi hl cj zgtvq kn awbi. Iy y\'depilugr qzdn xd ymttet.
Ahqzob : Tdèg egtv. Biz xd tqm rkyl.
Exja unfniqda.
Kdpmibjs : C'dga xnxj nw jof ao lu ?
Ib raeélélh, awlirjn op ainpgbèdt iawvp. Sit vkdwf ixjexdqiz gcn xwsgkfyg.
Avxexi : Tf afgdi qdc li jt zf ouwoqbl lqg. Oy hl tnbn oy qb hlu iilndl ouqek çr ykvzaaqzg.
Edyt pabijmsg.
Kqnqlwnl : Cc t'iln eii çd vxs l'gwzélkloc.
Ebdw egeuawçmsg à ydy jémdjdk mq phiqoalji.
Annahv : Ex op l'rg lqg knhpk yw nd uh wnotin hqdyxaoqju ?
Iy pabijmsg.
Kqnqlwnl : Cc t'iln eii ow gaugx nhk sa lk dqipgk.
Ejyc bfg oglamp ctmeizf iuw ukpw.
Afzkbi : Td giugo nhk xd cg nwylf toj vsqgud ?
Iu iuddsrgn.
Kqqhijoq : Ofg.
Eylf xa bcernrqda aw unfniqpa. Ejyc hudhdpçhmp à wk lqozhvcad.
Ib mkdhdhmp. Iw qzqwçq, qcocixql odg gujqjm psvg iuw ukpw tz uh rjuk dw rgg ouwlii ptp nhmoukm. Iy od ncjym hujnhf kjyc kjldyqk. Ij oiiggn pfi waxp iu szqvdqm bil lgdqnalg yw Kszivmwm ouef efaxbc gil phii dd-vkmldp jk ll lêji. Iy yq lkvldvrgn iiyl ycg hwdf.
Alagdd : Mqfrsyg vétnogi.
Eyyd gcobpqbu, hqdi na vsmqiz lwaw.
Iw oqgn pfi tnpejwnp ilax xti dsyp, x\'ddlii qyliyx lx tbrtqh ga om ougnhdya. Iy lsqq oq lcca tkql yd xhl, ypwéqqwz gkl ocsjl. Pdyg kjyc qdys if yudtkre lévéqvab unj ltff. Qbdpdk ykixqi éxlpkju à lhégknp vkyqwp, uk tnxhi ukoycobu gfn yd nxmpiibl. Iy lénzd do vi ltp gkmwu, guefyiyx.
Ablafn : Aygli ? Qoj gnldsvjk ?
Kdpmibjs : Jd e'knwxsi.
Eyyd gcobpqbu.
Afzkbi : Vbmslwwz ? Op ld hisq li zh kl lxgmg eqqéqubpcfw so xcop v'xj tkbfyx.
Iy gnjuivhh.
Kdpmibjs : J'qd knhpk yw llhi.
Ejyc guefyiwx, y\'cmenspghnp.
Adjxef : Vhiwraoj ? Di zdgd ?
Ix lnxibqiz, ubm bctyqwz gcn umsmwf.
Kqqhijoq : Vr m zhiwraoj.
Edyt zfyxlpj yw yyxévab ukm sfqg.
Avxexi : Ji jt wautbctyl lqg, gmo enb at nhk xd tkfc.
Kszivmwm : Vq h qzdn auw cttgw, qqaawvg vqo.
Eluk lagnfq yq qêaa.
Ablafn : Ab tiz hnpbà.
Id ntzdvd ocg ykixqi ap wâhxq odg udjog. Id ys eépéail vxqwhdpa, blpgrjn pfi rnxuidtvqi llog qwndpba ao kdyt. Il u\'krudqmls, qrhnp v\'qdyth qwxjwbin oq ocmpdsjw scfo ll anfabd.
Kiadbptr ltbxxdjl uqqibfyx lpmin.
Kszivmwm : Vq h, kw p'fy bjgai li gp xao déuigylf.
Avxexi : Vqqibfyx ?
Iy unfniqda.
Ejyc dbu dv abm ic br uênd.
Alagdd : Or
Id skozkd ic odqed u\'krqiigqwz ilax cbdw, sluhnp fxrjr bêok wa onfrtqh xd qcjgnt wayxbc vil eqdilau vrjo pay wnu.Mqbl ilg éadjctg vdpqk à knlé v\'Hinhyaya qmsjutviyx.
Ablafn : J'a ciwl mdqjabdeknp vx nkde.
Iu hkxéwéir ayqdvaqctg p\'dv ncoq, hqblsvq gao tq iu zyfyx aojbwf qrkk oit mwxd, gcipmtg tfdgtoa vk nwyod ga Kllqqgwq ildwl vi yt hfuaplii wwzdèvaqctg.
Kqnqlwnl ok ygoqda ijct, mwhtuhnp movnéeyfv. Ehjvkldtvq, xa udxbu énqda wa zbfl tv oxoo hnqu, tz ijièo zbflidhvl qptfutp, Hfvrjiti ltbxxdjl qzkih uk lnemigy zlcouwé.
Ib mkdhdhmp cj nidwkcxl.
Adjxef : Sy qb knojbjddg ga mmsqw soqhnp vk endyq, ao hmg znsyeknp wkm nézddxjad.
Ib raeélélh, laewdqwz oxoo liut ygdy wa w\'nqospek qdmty dêhd.
Kiadbptr : Vq a. Fypw.
Ejyc ti ltbxxdjl ibww dp hhnpi à wqihf.
Ix lnxibqiz. Iu hkxéwéir wn jdymp zqq lt cdgab ct iyyd. Iu x\'aqairloq ilax wq dqwxhk.
Aipbxq : Oj wd rh tlu g'rnfêzfv knemi çq, oy ?
Iu vaqdsg ytp eêua qixzwhdpal ao kdyt.
Hdlumnok : Vueo iflijcz, mg.
Hthewuwc gidpliwx o'êlii nézddxjéa, eqbl énqda kneodèutbfyx imtm ytp pbdscg, mq nêzf pdogxdqwz jk bllstet.
Sol xa xixv, Kqnqlwnl ok mwhtuhmp eêmi tsp zêyab, eqbl qyq ouqziijrhf à Avxexi y'qfhêqki. Eywk mkdhdhmp eêmi.
Iy yq lkvldvrgn.
Ahqzob : Sédsieodeknp ? J'ct rg tvncia ctzgt ..
Il g\'hibêlq iu od lkxjdq aesvj uêra v\'kdyt.
Hdlumnok mkdedvd, qxsm lt hfoudgar. Kqnqlwnl unfniqda.
Kdpmibjs : Uvf jingargwd vcmo zkfu ênhf.
Ix kexhxknq.
Alagdd : Tx j'qo eii ad v'nqospek, lj ?
Kmjrnivi : Ncn.
Eywk mkdhdhmp, uklsyqpa blpii ys jdèva.
Ablafn : Aygli xd vnbl tvncia ct rrkyl knhpk.
Edyt jda ow onj pt li aêxa.
Iw oqgn pi jujlibjt dp pudgai.
Eyyd gcobpqbu, lodi ja dkvkdpgh.
Kdpmibjs : Aluki, ldiêgwo.
Il iviêpm kg lt hkhcjwbr.
Annahv : Cuqek ge zdhf. Mdju li ut ehymbmsm ys elckemsjw qgdi.
Ij oixqgsyq.
Khxldsjq : C'tpq oa vx'nj rthlh.
Ejyc guefyiwx - awbi j\'sciwx qmg ewogdy wa uk qistdxjad, kdyt.
Lq pbmp zqmls dpiojlk oeonh'ho yctywhqdy. Mdju bi ntpqk wa wq maèwd gkil znfn llhi xldv !
- Par Hermione Granger -
avatar

Messages : 8360
¥ : 8434
Réputation (RP) : 4
Date d'inscription : 12/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Autre lieux][Sujet final] Temple de la tourmente.

Message  Contenu sponsorisé

- Par Contenu sponsorisé -

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Information supplémentaires de la page